Drone de loisir : tout savoir sur le nouvel hôte des airs

Catégorie : Hardware / Le 23/04/2020

Des forces armées aux férus d'aéromodélisme, le drone a conquis le ciel en l'espace d'un siècle. Miniature ou imposant, avec ou sans caméra, il y en a pour tous les goûts. Pour qui ? Pour quoi ? Petite check-list avant décollage immédiat !

Qu'est-ce qu'un drone ?

Signifiant « faux bourdon » en anglais, le drone est un aéronef miniature ne disposant d'aucun pilote à son bord. Il se contrôle exclusivement via une radiocommande ou une application dédiée – sur smartphone ou tablette.
Né à la fin de la Première Guerre mondiale, il fut initialement conçu à des fins militaires. Depuis quelques années, il devient non seulement un engin de loisir, mais également un outil redoutable dans certains champs professionnels : audiovisuel, agriculture, surveillance...

Pourquoi acquérir un drone ?

Le drone civil concentre tout le plaisir de l'aéromodélisme : vol de précision et figures acrobatiques seront au rendez-vous.
S'il intègre une caméra, il peut aussi photographier et filmer des paysages vus du ciel. Résultat : des panoramas aériens à couper le souffle !

Quel type choisir ?

Différentes catégories de drones existent selon le niveau et les besoins de chacun. Mais la tendance est à la polyvalence : il n'est pas rare de trouver des caméras sur des modèles minuscules.

Le mini drone

Compact, le mini drone est l'engin parfait pour s'initier en douceur au pilotage. Généralement radiocommandé, il se prête particulièrement à un usage en intérieur, ou en extérieur par temps calme. Il permet d'acquérir progressivement une dextérité et de réaliser ses premiers loopings.
Il peut embarquer une caméra, mais là n'est son but premier : la qualité des images restera souvent moindre.
Abordables, ces modèles présentent cependant des limites : une portée de quelques mètres seulement et une faible autonomie.

Le drone caméra

Très prisé actuellement, le drone caméra cherche avant tout à capturer des images de qualité : photos, vidéos, visualisation de sites en direct.
Parfois nativement embarquée, la caméra peut parfois être arrimée de manière externe : une bonne manière de réutiliser son action cam par exemple.
Pour des prises de vue optimales, les technologies Full HD ou 4K sont à privilégier. La bonne qualité du stabilisateur ne doit pas non plus être négligée.
Certains modèles proposent enfin une fonctionnalité zoom et une orientation modulable de l'objectif.

Le drone FPV

Planer dans les airs à la place du drone : un rêve rendu possible grâce au dispositif FPV (First Person View). Le vol s'effectue en immersion, soit partielle par retransmission indirecte sur écran, soit totale via un casque de réalité virtuelle.
Une fonctionnalité réservée aux plus aguerris, ou aux dronistes friands de courses de type FPV Racing.

Quelle réglementation ?

Leur usage civil est aujourd'hui très encadré par le Ministère de la Transition écologique et solidaire. Le cadre juridique précise notamment :

  • de ne pas survoler les personnes, les espaces publics en agglomération ou les sites sensibles ;
  • de respecter une hauteur maximale de 150 m par défaut, variable selon la localisation – consulter la carte Géoportail avant d'entreprendre un vol ;
  • de ne pas perdre de vue son appareil ;
  • de ne pas l'utiliser de nuit ;
  • de respecter la vie privée de chacun – exploitation et diffusion des images ;
  • pour un appareil excédant 800 g : de l'enregistrer, de l'équiper d'un dispositif de signalement électronique ou numérique, et de suivre une formation ;
  • pour ceux dépassant 25 kg : de l'immatriculer auprès de la DGAC (Direction générale de l'aviation civile).

Quel prix ?

Disponible sur Internet, dans des boutiques généralistes ou spécialisées, le drone s'adapte à toutes les bourses. Trois fourchettes se distinguent globalement :

  • moins de 300 euros : mini drones ou modèles plus limités ;
  • entre 300 et 1 000 euros : drones caméras ou FPV classiques ;
  • plus de 1 000 euros : pour amateurs confirmés et professionnels.